Le Viol du routier

Le Viol du routier
de Juliette Chenais de Busscher avec Flore Abrahams, Clémence Laboureau (France, 2017, 1h26)

Tamara et Gabrielle sont en goguette sur les routes d’Europe. Leur activité préférée ? Se jouer des hommes. Elles décèlent leur faiblesse pour les violer de la meilleure des façons.

Nos héroïnes, incontrôlables et particulièrement chauffées au niveau de l’entre-cuisse, ne se refusent aucune transgression. Peut-on pour autant reprocher à la jeune réalisatrice, une certaine misogynie ? Plutôt l’idée d’un féminisme radical et le goût de la provocation. Pour preuve, la réussite au test de Bechdel (rare dans l’art phallo-centré du cinématographe) : deux femmes identifiables, qui parlent ensemble d’autre chose que d’un personnage masculin – les hommes ne sont ici qu’un prétexte pour parler sexualité féminine. Le viol du routier est un pamphlet libertaire qui détourne scandaleusement la citation de Virginie Despentes : les femmes c’est l’action et les hommes, la petite culotte.

Dimanche 17/09 à 14h – Jeudi 21/09 à 20h30 – Samedi 23/09 à 16h30 – Cratère